APOLLODORE

Les Troyens refusent de rendre Hélène; attaque des Grecs; Protésilas et Laodamie; les villes conquises par Achille; les alliés des Troyens.

Ugo Bratelli, 2003

Épitomé, III, 28-35

III, 28, ES. Repartis de Ténédos, ils [les Grecs] firent route vers Troie. Ulysse et Ménélas furent envoyés pour demander la restitution d’Hélène et de ses biens. Les Troyens, réunis en assemblée, non seulement se refusèrent à rendre Hélène, mais ils voulaient aussi tuer les ambassadeurs.

III, 29, ES. Ces derniers furent sauvés par Anténor, et les Grecs, alors, révoltés par l’outrecuidance des Barbares, s’armèrent et marchèrent contre eux. Thétis recommanda à Achille de ne pas être le premier à descendre du navire, car le premier à débarquer serait aussi celui qui mourrait le premier.
S. Quand ils apprirent que la flotte approchait, les Barbares prirent les armes et coururent vers la mer, cherchant à s’opposer au débarquement à l’aide de jet de pierres.

III, 30, ES. Le premier qui mit pied à terre fut Protésilas ; après avoir tué plusieurs Barbares, il fut abattu par Hector. Sa femme, Laodamie, continua de l’aimer, même après sa mort, à tel point qu’elle avait fabriqué une statue à son image, et se consolait avec elle.

E. Les dieux furent pris de pitié, et Hermès ramena Protésilas des Enfers. Quand elle le vit, Laodamie se réjouit, croyant qu’il revenait sain et sauf de Troie ; mais quand il fut à nouveau reconduit vers les Enfers, elle se tua.

III, 31, S. Après la mort de Protésilas, Achille débarqua avec ses Myrmidons et, d’une pierre qu’il lui lança à la tête, il tua Cycnos. En le voyant sans vie, les Barbares s’enfuirent vers la citadelle : c’est alors que tous les Grecs sautèrent à bas des navires et emplirent la plaine de cadavres. Ensuite, ayant contraint les Troyens à se retrancher derrière leurs murs, ils établirent le siège autour de Troie, et tirèrent leurs navires au sec.

III, 32, S. Les Barbares avaient perdu courage. Achille tendit un piège à Troïlos, dans le temple d’Apollon Thymbréen, et le tua ; puis il pénétra nuitamment dans la cité et captura Lycaon. Avec les plus braves de ses compagnons, il mit à sac le territoire et gagna l’Ida, à la recherche du bétail d’Énée et de Priam. Énée s’enfuit ; après avoir tué les gardiens et Mestor, le fils de Priam, Achille emporta le troupeau.

III, 33, S. Il se rendit maître de Lesbos et de Phocée, de Colophon et de Smyrne ; puis de Clazomènes et de Cymé ; et, après elles, d’Égialé et de Ténos, qu’on appelle les Cent Villes. Ensuite, l’une après l’autre, il conquit Adramytion [Adramyt(t)ium] et Sidé, Endion, Linaéon et Colone. Il s’empara également de Thèbes Hypoplacienne et de Lynerssos, mais aussi d’Antandros et de nombreuses autres.

III, 34, S. Neuf ans plus tard, des alliés rejoignirent les rangs des Troyens. Des villes voisines, Énée, le fils d’Anchise, et, avec lui, Archélochos, et Acamas le fils d’Anténor et de Théano, à la tête des Dardaniens. Pour les Thraces vint Acamas, fils d’Eusoros ; pour les Cicones, Euphémos, fils de Trézen ; pour les Paeoniens, Pyraechmès ; pour les Paphlagoniens, Pylaemnès, fils de Bisaltès ; de Zélée arriva Pandaros, le fils de Lycaon ;

III, 35, S. d’Adrastéia, Adraste et Amphion, les fils de Mérops. D’Arisbé, Asios, le fils d’Hyrtacos ; de Larissa, Hippothoos, fils de Pélasgos ; de Mysie, Chromios et Ennomos, fils d’Arsinoos ; d’Alizones, Odios et Épistrophos, fils de Mécisté ; de Phrygie, Phorcys et Ascanios, fils d’Arétaon ; de Méonie, Mesthlès et Antiphos, fils de Talaemenès ; de Carie, Nastès et Amphimachos, fils de Nomion ; de Lycie, Sarpédon, fils de Zeus, et Glaucos, fils d’Hippolochos.