APOLLODORE

Pélée, Acaste, Thétis, Achille

Ugo Bratelli, 2002

III, 13, 1. Pélée, pour sa part, s'exila à Phthie, auprès d'Eurytion, le fils d'Actor, qui le purifia et lui accorda la main de sa fille Antigoné, et lui confia le tiers de son territoire. Pélée eut une fille, Polydora, qu'épousa Boros, le fils de Périérès.

III, 13, 2. Pélée quitta Phthie en compagnie d'Eurytion pour participer à la chasse au sanglier de Calydon ; mais, comme il visait le sanglier, sa lance rata sa cible et il tua involontairement Eurytion. Pélée fut donc banni aussi de Phthie ; il se réfugia à Iolcos, auprès d'Acaste, qui le purifia.

III, 13, 3. Il participa aux jeux en l'honneur de Pélias, et se mesura à la lutte avec Atalante. Astydamie, la femme d'Acaste, tomba amoureuse de lui ; elle lui fit des propositions en vue d'une rencontre. Ne parvenant pas à le séduire, elle fit raconter à son épouse que Pélée se disposait à épouser Stéropé, la fille d'Acaste ; à cette nouvelle, sa femme se pendit. Puis Astydamie calomnia aussi Pélée auprès d'Acaste, disant qu'il avait tenté de la séduire. Acaste, qui se refusait à tuer un homme qu'il avait lui-même purifié, le mena sur le mont Pélion, pour une partie de chasse. Aux animaux qu'il tuait, Pélée coupait la langue qu'il mettait dans un sac ; or les sujets d'Acaste emportèrent toutes les bêtes qu'il avait tuées, et se moquèrent de lui car il n'avait rien chassé. Alors Pélée sortit les langues des animaux, ajoutant qu'aussi nombreuses étaient les bêtes qu'il avait tuées. Quand ensuite il s'endormit, là, sur le Pélion, Acaste l'abandonna seul, et s'en alla, après avoir caché son épée sous un tas de fumier. À son réveil, Pélée chercha son épée, mais il fut surpris par des Centaures ; ils l'auraient sûrement tué, s'il n'avait été sauvé par Chiron. Et c'est également Chiron qui retrouva son épée et la lui rendit.

III, 13, 4. Pélée épousa Polydora, la fille de Périérès. De son épouse, Pélée eut un fils, Ménesthios, (dont on dit cependant que son vrai père était le fleuve Sperchios).

III, 13, 5. Par la suite il épousa Thétis, la Néréide. Zeus et Poséidon s'était disputé sa main ; mais quand Thémis eut prophétisé que de Thétis naîtrait un fils plus fort que son père, tous deux avaient renoncé. Il y en a qui racontent qu'au temps où Zeus était pris d'une grande passion pour Thétis, Prométhée avait prédit que le fils qu'elle mettrait au monde deviendrait le roi du ciel ; d'autres, toutefois, soutiennent que Thétis refusait de s'unir à Zeus parce qu'elle avait été élevée par Héra ; aussi Zeus, furieux, voulut qu'elle épousât un mortel. Chiron avait conseillé à Pélée d'attraper Thétis et de la maintenir fermement, même si la Néréide prenait d'étranges formes. Pélée l'épia donc, et l'enleva. Thétis se transforma en feu, en eau et en bête féroce, mais Pélée ne lâcha pas sa proie avant que la Néréide eût repris son aspect premier. L'épouse gravit le mont Pélion ; tous les dieux participèrent à leurs noces, en chantant des hymnes. Chiron offrit à Pélée une lance en bois de frêne, Poséidon les coursiers Balios et Xanthos, qui étaient immortels.

III, 13, 6. Quand Thétis mit au monde un enfant, elle voulut le rendre immortel ; aussi, à l'insu de Pélée, la nuit elle trempait le bébé dans le feu, pour détruire la partie mortelle qu'il avait reçue de son père, et, le jour, elle l'oignait d'ambroisie. Mais Pélée l'épia, il vit l'enfant se tordre dans les flammes, et poussa un cri : Thétis fut contrainte de mettre un terme à son projet ; elle abandonna l'enfant et retourna auprès des Néréides. Pélée amena son fils à Chiron. Le Centaure le nourrit d'entrailles de lion et de sanglier, et de moelle d'ours ; il l'appela Achille (son premier nom était Ligyron), parce que jamais il n'avait approché ses lèvres d'un sein.

III, 13, 7. Après cela, Pélée, avec l'aide de Jason et des Dioscures, ravagea Iolcos ; il tua Astydamie, la femme d'Acaste, mit son corps en morceaux et conduisit son armée vers la cité en passant à travers ses membres.

III, 13, 8. Quand Achille eut neuf ans, Calchas prédit que Troie ne serait jamais prise sans lui. Thétis, sachant que le destin de son fils serait de mourir s'il prenait part à la guerre, le cacha sous des vêtements féminins, et le confia à Lycomède, comme si c'était une fille. Élevé dans le palais de Lycomède, Achille coucha avec l'une de ses filles, Déidamie ; elle lui donna un enfant, Pyrrhos, qui fut ensuite appelé Néoptolème. Mais, ayant appris qu'Achille se cachait chez Lycomède, Ulysse vint le chercher, et, en faisant sonner la trompette de guerre, il le trouva. C'est ainsi qu'Achille se rendit à Troie.

Avec lui alla Phénix, le fils d'Amyntor. Phénix avait été aveuglé par son père, parce que sa concubine, Phthia, l'avait faussement accusé d'une tentative de séduction. Pélée, alors, le mena auprès de Chiron, qui guérit ses yeux ; puis Pélée avait fait de lui le roi des Dolopes.

Achille était aussi accompagné de Patrocle, le fils de Ménoetios et de Sthénélé, la fille d'Acaste ; ou peut-être sa mère était-elle Périopis, la fille de Phérès, ou peut-être encore, comme le dit Philocrate, Polymèle, la fille de Pélée ? À Opunte, à la suite d'un différend survenu au cours d'une partie de dés, Patrocle avait tué Clitonymos, le fils d'Amphidamas ; exilé avec son père, il se réfugia dans le palais de Pélée, et il devint l'amant d'Achille.