Page Montesquieu

CHAPITRE V

DE L’ÉTAT DE LA GRÈCE, DE LA MACÉDOINE, DE LA SYRIE ET DE L’ÉGYPTE, APRÈS L’ABAISSEMENT DES CARTHAGINOIS

Je m’imagine qu’Annibal disait très peu de bons mots, et qu’il en disait encore moins en faveur de Fabius et de Marcellus contre lui-même. J’ai du regret de voir Tite-Live jeter ses fleurs sur ces énormes colosses de l’Antiquité ; je voudrais qu’il eût fait comme Homère, qui néglige de les parer et sait si bien les faire mouvoir.

Encore faudrait-il que les discours qu’on fait tenir à Annibal fussent sensés. Que si, en apprenant la défaite de son frère, il avoua qu’il en prévoyait la ruine de Carthage, je ne sache rien de plus propre à désespérer des peuples qui s’étaient donnés à lui, et à décourager une armée qui attendait de si grandes récompenses après la guerre.

Comme les Carthaginois, en Espagne, en Sicile, en Sardaigne, n’opposaient aucune armée qui ne fût malheureuse, Annibal, dont les ennemis se fortifiaient sans cesse, fut réduit à une guerre défensive. Cela donna aux Romains la pensée de porter la guerre en Afrique ; Scipion y descendit ; les succès qu’il y eut obligèrent les Carthaginois à rappeler d’Italie Annibal, qui pleura de douleur en cédant aux Romains cette terre où il les avait tant de fois vaincus.

Tout ce que peut faire un grand homme d’État et un grand capitaine, Annibal le fit pour sauver sa patrie. N’ayant pu porter Scipion à la paix, il donna une bataille où la Fortune sembla prendre plaisir à confondre son habileté, son expérience et son bon sens. Carthage reçut la paix, non pas d’un ennemi, mais d’un maître : elle s’obligea de payer dix mille talents en cinquante années, à donner des otages, à livrer ses vaisseaux et ses éléphants, à ne faire la guerre à personne sans le consentement du peuple romain ; et, pour la tenir toujours humiliée, on augmenta la puissance de Massinisse, son ennemi éternel.

Après l’abaissement des Carthaginois, Rome n’eut presque plus que de petites guerres et de grandes victoires, au lieu qu’auparavant elle avait eu de petites victoires et de grandes guerres.

Il y avait dans ces temps-là comme deux mondes séparés : dans l’un combattaient les Carthaginois et les Romains ; l’autre était agité par des querelles qui duraient depuis la mort d’Alexandre ; on n’y pensait point à ce qui se passait en Occident[1] ; car, quoique Philippe, roi de Macédoine, eût fait un traité avec Annibal, il n’eut presque point de suite, et ce prince, qui n’accorda aux Carthaginois que de très faibles secours, ne fit que témoigner aux Romains une mauvaise volonté inutile.

Lorsqu’on voit deux grands peuples se faire une guerre longue et opiniâtre, c’est souvent une mauvaise politique de penser qu’on peut demeurer spectateur tranquille : car celui des deux peuples qui est le vainqueur entreprend d’abord de nouvelles guerres, et une nation de soldats va combattre contre des peuples qui ne sont que citoyens.

Ceci parut bien clairement dans ces temps-là : car les Romains eurent à peine dompté les Carthaginois qu’ils attaquèrent de nouveaux peuples et parurent dans toute la terre pour tout envahir.

Il n’y avait pour lors dans l’Orient que quatre puissances capables de résister aux Romains : la Grèce et les royaumes de Macédoine, de Syrie et d’Égypte. Il faut voir quelle était la situation de ces deux premières puissances, parce que les Romains commencèrent par les soumettre.

Il y avait dans la Grèce trois peuples considérables ; les Étoliens, les Achaïens et les Béotiens ; c’étaient des associations de villes libres, qui avaient des assemblées générales et des magistrats communs. Les Étoliens étaient belliqueux, hardis, téméraires, avides du gain, toujours libres de leur parole et de leurs serments, enfin, faisant la guerre sur la terre comme les pirates la font sur la mer. Les Achaïens étaient sans cesse fatigués par des voisins ou des défenseurs incommodes[2]. Les Béotiens, les plus épais de tous les Grecs, prenaient le moins de part qu’ils pouvaient aux affaires générales : uniquement conduits par le sentiment présent du bien et du mal, ils n’avaient pas assez d’esprit pour qu’il fût facile aux orateurs de les agiter ; et, ce qu’il y avait d’extraordinaire, leur république se maintenait dans l’anarchie même[3].

Lacédémone avait conservé sa puissance, c’est-à-dire cet esprit belliqueux que lui donnaient les institutions de Lycurgue. Les Thessaliens étaient en quelque façon asservis par les Macédoniens. Les rois d’Illyrie avaient déjà été extrêmement abattus par les Romains. Les Acarnaniens et les Athamanes étaient ravagés tour à tour par les forces de la Macédoine et de l’Étolie. Les Athéniens, sans forces par eux-mêmes et sans alliés[4], n’étonnaient plus le monde que par leurs flatteries envers les rois, et l’on ne montait plus sur la tribune où avait parlé Démosthène, que pour proposer les décrets les plus lâches et les plus scandaleux.

D’ailleurs, la Grèce était redoutable par sa situation, la force, la multitude de ses villes, le nombre de ses soldats, sa police, ses moeurs, ses lois : elle aimait la guerre, elle en connaissait l’art, et elle aurait été invincible si elle avait été unie.

Elle avait bien été étonnée par le premier Philippe, Alexandre et Antipater, mais non pas subjuguée, et les rois de Macédoine, qui ne pouvaient se résoudre à abandonner leurs prétentions et leurs espérances, s’obstinaient à travailler à l’asservir.

La Macédoine était presque entourée de montagnes inaccessibles ; les peuples en étaient très propres à la guerre, courageux, obéissants, industrieux, infatigables, et il fallait bien qu’ils tinssent ces qualités-là du climat, puisque encore aujourd’hui les hommes de ces contrées sont les meilleurs soldats de l’empire des Turcs.

La Grèce se maintenait par une espèce de balance : les Lacédémoniens étaient, pour l’ordinaire, alliés des Étoliens, et les Macédoniens l’étaient des Achaïens ; mais, par l’arrivée des Romains, tout équilibre fut rompu.

Comme les rois de Macédoine ne pouvaient pas entretenir un grand nombre de troupes[5], le moindre échec était de conséquence ; d’ailleurs, ils pouvaient difficilement s’agrandir, parce que, leurs desseins n’étant pas inconnus, on avait toujours les yeux ouverts sur leurs démarches, et les succès qu’ils avaient dans les guerres entreprises pour leurs alliés étaient un mal que ces mêmes alliés cherchaient d’abord à réparer.

Mais les rois de Macédoine étaient ordinairement des princes habiles. Leur monarchie n’était pas du nombre de celles qui vont par une espèce d’allure donnée dans le commencement : continuellement instruits par les périls et par les affaires, embarrassés dans tous les démêlés des Grecs, il leur fallait gagner les principaux des villes, éblouir les peuples, et diviser ou réunir les intérêts ; enfin, ils étaient obligés de payer de leur personne à chaque instant.

Philippe, qui, dans le commencement de son règne, s’était attiré l’amour et la confiance des Grecs par sa modération, changea tout à coup : il devint un cruel tyran dans un temps où il aurait dû être juste par politique et par ambition[6]. Il voyait, quoique de loin, les Carthaginois et les Romains, dont les forces étaient immenses ; il avait fini la guerre à l’avantage de ses alliés et s’était réconcilié avec les Étoliens. Il était naturel qu’il pensât à unir toute la Grèce avec lui pour empêcher les étrangers de s’y établir ; mais il l’irrita, au contraire, par de petites usurpations, et, s’amusant à discuter de vains intérêts, quand il s’agissait de son existence, par trois ou quatre mauvaises actions, il se rendit odieux et détestable à tous les Grecs.

Les Étoliens furent les plus irrités, et les Romains, saisissant l’occasion de leur ressentiment, ou plutôt de leur folie, firent alliance avec eux, entrèrent dans la Grèce, et l’armèrent contre Philippe.

Ce prince fut vaincu à la journée des Cynocéphales, et cette victoire fut due en partie à la valeur des Étoliens. Il fut si fort consterné qu’il se réduisit à un traité qui était moins une paix qu’un abandon de ses propres forces : il fit sortir ses garnisons de toute la Grèce, livra ses vaisseaux, et s’obligea de payer mille talents en dix années.

Polybe, avec son bon sens ordinaire, compare l’ordonnance des Romains avec celle des Macédoniens, qui fut prise par tous les rois successeurs d’Alexandre. Il fait voir les avantages et les inconvénients de la phalange et de la légion ; il donne la préférence à l’ordonnance romaine, et il y a apparence qu’il a raison, si l’on en juge par tous les événements de ces temps-là[7].

Ce qui avait beaucoup contribué à mettre les Romains en péril dans la seconde guerre punique, c’est qu’Annibal arma d’abord ses soldats à la romaine. Mais les Grecs ne changèrent ni leurs armes ni leur manière de combattre ; il ne leur vint point dans l’esprit de renoncer à des usages avec lesquels ils avaient fait de si grandes choses.

Le succès que les Romains eurent contre Philippe fut le plus grand de tous les pas qu’ils firent pour la conquête générale. Pour s’assurer de la Grèce, ils abaissèrent par toutes sortes de voies les Étoliens, qui les avaient aidés à vaincre ; de plus, ils ordonnèrent que chaque ville grecque qui avait été à Philippe ou à quelque autre prince se gouvernerait dorénavant par ses propres lois.

On voit bien que ces petites républiques ne pouvaient être que dépendantes. Les Grecs se livrèrent à une joie stupide et crurent être libres en effet, parce que les Romains les déclaraient tels.

Les Étoliens, qui s’étaient imaginé qu’ils domineraient dans la Grèce, voyant qu’ils n’avaient fait que se donner des maîtres, furent au désespoir, et, comme ils prenaient toujours des résolutions extrêmes, voulant corriger leurs folies par leurs folies, ils appelèrent dans la Grèce Antiochus, roi de Syrie, comme ils y avaient appelé les Romains.

Les rois de Syrie étaient les plus puissants des successeurs d’Alexandre : car ils possédaient presque tous les États de Darius, à l’Égypte près ; mais il était arrivé des choses qui avaient fait que leur puissance s’était beaucoup affaiblie.

Séleucus, qui avait fondé l’empire de Syrie, avait à la fin de sa vie détruit le royaume de Lysimaque. Dans la confusion des choses, plusieurs provinces se soulevèrent : les royaumes de Pergame, de Cappadoce et de Bithynie se formèrent. Mais ces petits États timides regardèrent toujours l’humiliation de leurs anciens maîtres comme une fortune pour eux.

Comme les rois de Syrie virent toujours avec une envie extrême la félicité du royaume d’Égypte, ils ne songèrent qu’à le conquérir ; ce qui fit que, négligeant l’Orient, ils y perdirent plusieurs provinces et furent fort mal obéis dans les autres.

Enfin, les rois de Syrie tenaient la haute et la basse Asie. Mais l’expérience a fait voir que, dans ce cas, lorsque la capitale et les principales forces sont dans les provinces basses de l’Asie, on ne peut pas conserver les hautes, et que, quand le siège de l’empire est dans les hautes, on s’affaiblit en voulant garder les basses. L’empire des Perses et celui de Syrie ne furent jamais si forts que celui des Parthes, qui n’avait qu’une partie des provinces des deux premiers. Si Cyrus n’avait pas conquis le royaume de Lydie, si Séleucus était resté à Babylone et avait laissé les provinces maritimes aux successeurs d’Antigone, l’empire des Perses aurait été invincible pour les Grecs, et celui de Séleucus, pour les Romains. Il y a de certaines bornes que la nature a données aux États pour mortifier l’ambition des hommes ; lorsque les Romains les passèrent, les Parthes les firent presque toujours périr[8] ; quand les Parthes osèrent les passer, ils furent d’abord obligés de revenir ; et, de nos jours, les Turcs, qui ont avancé au-delà de ces limites, ont été contraints d’y rentrer.

Les rois de Syrie et d’Égypte avaient dans leur pays deux sortes de sujets : les peuples conquérants et les peuples conquis. Ces premiers, encore pleins de l’idée de leur origine, étaient très difficilement gouvernés ; ils n’avaient point cet esprit d’indépendance qui nous porte à secouer le joug, mais cette impatience qui nous fait désirer de changer de maître.

Mais la faiblesse principale du royaume de Syrie venait de celle de la Cour, où régnaient des successeurs de Darius, et non pas d’Alexandre. Le luxe, la vanité et la mollesse, qui, en aucun siècle, n’ont quitté les cours d’Asie, régnaient surtout dans celle-ci. Le mal passa au peuple et aux soldats et devint contagieux pour les Romains mêmes, puisque la guerre qu’ils firent contre Antiochus est la vraie époque de leur corruption.

Telle était la situation du royaume de Syrie lorsqu’Antiochus, qui avait fait de grandes choses, entreprit la guerre contre les Romains. Mais il ne se conduisit pas même avec la sagesse que l’on emploie dans les affaires ordinaires. Annibal voulait qu’on renouvelât la guerre en Italie, et qu’on gagnât Philippe, ou qu’on le rendît neutre. Antiochus ne fit rien de cela. Il se montra dans la Grèce avec une petite partie de ses forces, et, comme s’il avait voulu y voir la guerre, et non pas la faire, il ne fut occupé que de ses plaisirs. II fut battu, s’enfuit en Asie, plus effrayé que vaincu.

Philippe, dans cette guerre, entraîné par les Romains comme par un torrent, les servit de tout son pouvoir et devint l’instrument de leurs victoires. Le plaisir de se venger et de ravager l’Étolie, la promesse qu’on lui diminuerait le tribut, et qu’on lui laisserait quelques villes, des jalousies qu’il eut d’Antiochus, enfin, de petits motifs le déterminèrent, et, n’osant concevoir la pensée de secouer le joug, il ne songea qu’à l’adoucir.

Antiochus jugea si mal des affaires qu’il s’imagina que les Romains le laisseraient tranquille en Asie. Mais ils l’y suivirent. II fut vaincu encore, et, dans sa consternation, il consentit au traité le plus infâme qu’un grand prince ait jamais fait.

Je ne sache rien de si magnanime que la résolution que prit un monarque qui a régné de nos jours[9], de s’ensevelir plutôt sous les débris du trône que d’accepter des propositions qu’un roi ne doit pas entendre ; il avait l’âme trop fière pour descendre plus bas que ses malheurs ne l’avaient mis, et il savait bien que le courage peut raffermir une couronne, et que l’infamie ne le fait jamais.

C’est une chose commune de voir des princes qui savent donner une bataille ; il y en a bien peu qui sachent faire une guerre, qui soient également capables de se servir de la Fortune et de l’attendre, et qui, avec cette disposition d’esprit qui donne de la méfiance avant que d’entreprendre, aient celle de ne craindre plus rien après avoir entrepris.

Après l’abaissement d’Antiochus, il ne restait plus que de petites puissances, si l’on en excepte l’Égypte, qui, par sa situation, sa fécondité, son commerce, le nombre de ses habitants, ses forces de mer et de terre, aurait pu être formidable. Mais la cruauté de ses rois, leur lâcheté, leur avarice, leur imbécillité, leurs affreuses voluptés, les rendirent si odieux à leurs sujets qu’ils ne se soutinrent la plupart du temps que par la protection des Romains.

C’était, en quelque façon, une loi fondamentale de la couronne d’Égypte que les soeurs succédaient avec les frères, et, afin de maintenir l’unité dans le gouvernement, on mariait le frère avec la soeur. Or il est difficile de rien imaginer de plus pernicieux dans la politique qu’un pareil ordre de succession : car, tous les petits démêlés domestiques devenant des désordres dans l’État ; celui des deux qui avait le moindre chagrin soulevait d’abord contre l’autre le peuple d’Alexandrie, populace immense, toujours prête à se joindre au premier de ses rois qui voulait l’agiter. De plus, les royaumes de Cyrène et de Chypre étant ordinairement entre les mains d’autres princes de cette maison, avec des droits réciproques sur le tout, il arrivait qu’il y avait presque toujours des princes régnants et des prétendants à la couronne, que ces rois étaient sur un trône chancelant, et que, mal établis au-dedans, ils étaient sans pouvoir au-dehors.

Les forces des rois d’Égypte, comme celles des autres rois d’Asie, consistaient dans leurs auxiliaires grecs. Outre l’esprit de liberté, d’honneur et de gloire qui animait les Grecs, ils s’occupaient sans cesse à toutes sortes d’exercices du corps : ils avaient dans leurs principales villes des jeux établis, où les vainqueurs obtenaient des couronnes aux yeux de toute la Grèce ; ce qui donnait une émulation générale. Or, dans un temps où l’on combattait avec des armes dont le succès dépendait de la force et de l’adresse de celui qui s’en servait, on ne peut douter que des gens ainsi exercés n’eussent de grands avantages sur cette foule de barbares pris indifféremment et menés sans choix à la guerre, comme les armées de Darius le firent bien voir.  

Les Romains, pour priver les rois d’une telle milice et leur ôter sans bruit leurs principales forces, firent deux choses : premièrement, ils établirent peu à peu comme une maxime, chez les villes grecques, qu’elles ne pourraient avoir aucune alliance, accorder du secours ou faire la guerre à qui que ce fût, sans leur consentement ; de plus, dans leurs traités avec les rois, ils leur défendirent de faire aucunes levées chez les alliés des Romains ; ce qui les réduisit à leurs troupes nationales[10].



[1] Il est surprenant, comme Josèphe le remarque dans le livre contre Appion, qu’Hérodote ni Thucydide n’aient jamais parlé des Romains, quoiqu’ils eussent fait de si grandes guerres, [M].
[2] Variante : Les Béotiens, les plus épais de tous les Grecs, mais les plus sages, vivaient ordinairement en paix, uniquement conduits par le sentiment du bien et du mal ; ils n’avaient pas assez d’esprit pour que des orateurs les agitassent et pussent leur déguiser leurs véritables intérêts. (Édition de 1734).
[3] Les magistrats, pour plaire à la multitude, n’ouvraient plus les tribunaux ; les mourants léguaient à leurs amis leur bien pour être employé en festins. Voyez un fragment du vingtième livre de Polybe, dans l’Extrait des vertus et des vices, [M].
[4] Ils n’avaient aucune alliance avec les autres peuples de la Grèce. (Polybe, livre VIII), [M].
[5] Voyez Plutarque, Vie de Flaminius, [M].
[6] Voyez dans Polybe les injustices et les cruautés par lesquelles Philippe se discrédita, [M].
[7] Bossuet, dans son Discours sur l’Histoire universelle, expose ces avantages et ces inconvénients, et, après les avoir pesés, se range à l’avis de Polybe, qui du reste a été suivi par Tite-Live et par la plupart des écrivains qui se sont occupés de stratégie. Voici les expressions de l’évêque de Meaux : « Les Macédoniens, si jaloux de conserver l’ancien ordre de leur milice formée par Philippe et par Alexandre, croyaient leur phalange invincible, et ne pouvaient se persuader que l’esprit humain fût capable de trouver quelque chose de plus ferme. Cependant Polybe, et Tite-Live après lui, ont démontré qu’à considérer seulement la nature des armées romaines et de celles des Macédoniens, les dernières ne pouvaient manquer d’être battues à la longue, parce que la phalange macédonienne, qui n’était qu’un gros bataillon carré, fort épais de toutes parts, ne pouvait se mouvoir que tout d’une pièce, au lieu que l’armée romaine, distinguée en petits corps, était plus prompte et plus disposée à toute sorte de mouvements.
« Les Romains ont donc trouvé, ou ils ont bientôt appris l’art de diviser les armées en plusieurs bataillons et escadrons, et de former les corps de réserve, dont le mouvement est si propre à pousser ou à soutenir ce qui s’ébranle de part et d’autre. Faites marcher contre des troupes ainsi disposées la phalange macédonienne : cette grosse et lourde machine sera terrible, à la vérité, à une armée sur laquelle elle tombera de tout son poids ; mais, comme parle Polybe, elle ne peut conserver longtemps sa propriété naturelle, c’est-à-dire sa solidité et sa consistance, parce qu’il lui faut des lieux propres et pour ainsi dire faits exprès, et qu’à faute de les trouver elle s’embarrasse elle-même, ou plutôt elle se rompt par son propre mouvement ; joint qu’étant une fois enfoncée elle ne sait plus se rallier, au lieu que l’armée romaine, divisée en ses petits corps, profite de tous les lieux et s’y accommode : on l’unit et on la sépare comme on veut ; elle défile aisément et se rassemble sans peine ; elle est propre aux détachements, aux ralliements, à toute sorte de conversions et d’évolutions qu’elle fait ou tout entière ou en partie, selon qu’il est convenable ; enfin elle a plus de mouvements divers, et par conséquent plus d’action et plus de force que la phalange. Concluons donc avec Polybe qu’il fallait que la phalange lui cédât, et que la Macédoine fût vaincue. » (Troisième partie, ch. VI).
[8] J’en dirai les raisons au chapitre XV. Elles sont tirées en partie de la disposition géographiques des deux empires, [M].
[9] Louis XIV, [M].
[10] Ils avaient déjà eu cette poltique avec les Carthaginois, qu’ils obligèrent par le traité à ne plus se servir de troupes auxiliaires, comme on le voit dans un fragment de Dion, [M].