Précédent // Suivant

Palaiphatos

Histoires incroyables

Traduction Ugo Bratelli (2002)

XXXI. Les filles de Phorcys

D'elles aussi on rapporte une histoire parfaitement ridicule : Phorcys avait trois filles : elles ne possédaient qu'un oeil et s'en servaient à tour de rôle. Celle qui utilisait l'oeil le plaçait dans sa tête et ainsi elle pouvait voir. De cette manière, en se passant l'oeil, toutes voyaient. Persée arriva dans leur dos à pas de velours et, s'étant emparé de l'oeil, il déclara qu'il ne le leur rendrait pas tant qu'elles ne lui auraient pas révélé où se trouvait la Gorgone. Aussi le lui dirent-elles. Après avoir coupé la tête de la Gorgone, Persée gagna Sériphos et la montra à Polydectès, le pétrifiant.

Cela aussi est complètement ridicule, qu'un être vivant se transforme en pierre en regardant la tête d'un cadavre. Quel est donc en effet le pouvoir d'un cadavre ? Voici donc ce qu'il arriva.

Phorcys vivait à Cernée ; les Cernéens sont Éthiopiens de souche et habitent l'île de Cernée, au-delà des Colonnes d'Héraclès. Ils cultivent les terres de Libye, près du fleuve Annon, voisin de Carthage, et ils sont très riches. Ce Phorcys régnait sur les îles au large des Colonnes d'Héraclès (il y en a trois), et fit faire une statue en or d'Athéna, haute de quatre coudées. Les Cernéens appellent Athéna la Gorgone, de même que les Thraces appellent Artémis Bendis, les Crétois Dictynna, les Spartiates Upis. Phorcys mourut avant que la statue ne soit placé dans le sanctuaire ; il laissa trois filles : Sthéno, Euryalé et Méduse(1). Elles ne voulurent épouser personne. S'étant partagé le patrimoine, chacune gouvernait une île. Pour ce qui concerne la Gorgone, il ne leur parut pas opportun de la consacrer à quelque sanctuaire, ni de se la partager ; chacune, à tour de rôle, la conservait comme un trésor qui lui appartenait.

Phorcys avait un ami, un homme noble et courageux, que les filles de Phorcys utilisaient comme un oeil pour veiller sur leurs affaires. Persée, exilé d'Argos, s'adonnait à la piraterie contre les villages côtiers, avec ses navires et ses troupes. Apprenant que dans les parages existait un royaume tenu par trois femmes, très riche et où les hommes étaient rares, il mit le cap dessus. La première chose qu'il fit, alors qu'il mouillait dans le détroit entre Cernée et Sarpédonia, fut de capturer l'Oeil comme il naviguait d'une île à l'autre.

Ce dernier lui déclara qu'il n'existait aucun butin digne de ce nom chez elles, hormis la Gorgone, et il lui révéla la quantité d'or dont elle était faite. Constatant que l'Oeil(2) n'arrivait pas au jour fixé suivant les accords établis, les filles s'assemblèrent dans le même lieu, s'accusant les unes les autres. Comme chacune niait de l'avoir gardé, elles commencèrent à s'interroger sur ce qui avait pu se passer. Alors qu'elles étaient réunies, arrive Persée. Il leur annonce qu'il retient l'Oeil prisonnier, ajoutant qu'il ne ne leur rendra qu'à la condition qu'elles lui révèlent où se trouve la Gorgone ; il menaçait même de les tuer si elles gardaient le silence. Et tandis que Méduse se refuse à parler, Sthéno et Euryalé, elles, le lui apprennent. Persée tue alors Méduse et rend l'Oeil aux deux autres. Il s'empare de la Gorgone et la met en morceaux. Ayant équipé sa trirème, il y place la Gorgone et l'appelle Gorgone. En parcourant la mer avec ce navire, il soutirait de l'argent aux habitants des îles et tuait ceux qui refusaient de lui en donner. Ainsi navigua-t-il pour réclamer de l'argent aussi aux habitants de Sériphos. Les Sériphiens lui demandèrent quelques jours, afin d'avoir le temps de réunir la somme. Ayant rassemblé des pierres hautes comme des hommes, ils les placèrent dans l'agora et, ayant abandonné Sériphos, ils s'enfuirent. Persée revint pour percevoir l'argent ; arrivé dans l'agora, il ne rencontra aucun homme, seulement des pierres hautes comme des hommes. Aux autres habitants des îles, qui ne voulaient pas le payer, Persée disait donc  : "Prenez garde qu'il ne vous arrive pas à vous aussi ce qui est arrivé aux habitants de Sériphos ; pour avoir regardé la tête de la Gorgone, ils sont devenus des pierres."


1. Dans ce texte, Palaiphatos fait une confusion entre les Gorgones, dont il cite les noms, et les Grées ; ce sont ces dernières qui ne possèdent qu'un oeil à elles trois.
2. Voyez Hérodote : "Le garçon chargea les uns de bâtir ses palais, les autres d'être ses gardes du corps, quelque autre d'être l'"oeil du Roi". Le titre d'Oeil ou Oreille du Roi désigne, en Perse, un fonctionnaire chargé d'une mission d'inspection ou de surveillance. (L'Enquête, I, 114, note n°116 page 479, trad. Andrée Barguet, Collection Folio Gallimard, 1964).